de ROFFI / martine roffinella

« Peut-on mûrir de plaisir ? » Oui, grâce au Carnet inspirales !

« Peut-on mûrir de plaisir ? »  Oui, grâce au Carnet inspirales !
« Ennemi de l’ennui », aide au joyeux vagabondage de nos méninges saturées d’anxiété, précieux outil de libération d’idées : le « Carnet inspirales » et ses 1 200 aphorismes, pensées et autres bêtises nous offre « un aller pour nulle part quand on est revenu de tout » !

Par les temps qui courent, les aphoristes Anna Conda, Olivier Rouge et Philippe Schoepen devraient être décorés de la médaille de la bonne humeur ! Munis d’un goût de l’observation et d’un sens de la répartie spécialement alertes, ils nous surprennent à chaque détour de mots, déridant en un clin d’œil notre front soucieux.

Tous les secteurs de la vie sont drôlement visités – et l’on se demande par exemple « comment épiler le mot “esthéticienne” », ou si l’on peut « à la fois écrire vite et mettre la gomme ». La grande Histoire n’est pas en reste. « Décorer un arbre pour Noël remonterait à l’époque de l’homo sapin » ; « Staline : Petit père dépeuple » – et cette question légitime : « Ils s’appelaient comment les cols Mao avant Mao ? »Les bons mots sur les errements de notre société contemporaine ne manquent pas non plus – « Vous aviez un bon mobile pour tuer votre femme ? – Oui, j’avais le dernier IPhone. » Et même si « les utopies tournent sur elles-mêmes », cela n’empêche nullement nos aphoristes de s’étonner des phénomènes naturels : « Méfiez-vous des oiseaux ! Certains sont de vrais piverts narcissiques ! » Ou encore de passer de délicieuses annonces : « Serpent cherche beau brin pour vivre sa mue gaie » ; « Baleine mélomane recherche orque de barbarie » ; « Chien cherche baby setter », etc.

Vous l’avez compris : il faut se précipiter sur cet ouvrage hautement salubre et salutaire, remède 100% efficace contre l’aigreur – ce fléau pire que la peste et dont nos magiciens des phrases nous préservent.

L’on se délectera aussi, en lisant et relisant Le Carnet inspirales, des formidables dessins de Cécile Bertrand, ainsi que de la mise en page originale par Leen Minne.

Quatre questions à
Anna Conda, Olivier Rouge et Philippe Schoepen

MARTINE ROFFINELLA : Le titre de votre ouvrage est un clin d’œil à la chanson de William Sheller : « Le carnet à spirale ». Pourriez-vous nous en dire plus sur l’origine de ce projet commun ?

ANNA CONDA : J’avais envie depuis longtemps de me lancer dans l’écriture, de nombreux tweetos me le suggéraient en me demandant quand je publierais un ouvrage. À part rédiger des tweets, je ne sais pas faire grand-chose, et grâce à Philippe j’ai pu concrétiser ce projet de livre.

OLIVIER ROUGE : Quand Philippe Schoepen m’a parlé du projet, il l’avait intitulé « Non, non, rien n’a changé », en référence au tube des Poppys [groupe d’enfants ayant vendu des millions de disques dans les années 1970, sur la thématique hippie]. En gros, son idée était que les générations changent, mais que les petits et grands thèmes de la vie restent les mêmes. Nous avons causé de nos façons respectives de prendre des notes. Je lui ai dit que moi, j’utilisais des carnets et cahiers à spirales, car c’est pratique à manipuler et parfait sur le plan de la chronologie. Avec le sens de la répartie qui le caractérise, Philippe a lancé : « Le Carnet inspirales ! » On a ri. On a parlé de William Sheller. Puis Cécile Bertrand a sublimé l’idée en créant son illustration du personnage-ampoule, dont le filament devient stylo. Et la saga était sur les rails…

PHILIPPE SCHOEPEN : C’est le livre de mon ami Fred Lambin, Mine de rien, qui m’a inspiré. Fred a demandé à quelque 40 dessinateurs d’illustrer ses 75 aphorismes. Concernant notre projet, lancé en 2016, j’ai voulu privilégier l’écrit dans un recueil, et faire appel à un seul dessinateur (au final, la renommée Cécile Bertrand, qui a publié une vingtaine de livres de dessins !) pour illustrer les plus belles idées. Seul, je n’allais pas y arriver. J’ai demandé à Anna Conda (près de 27.000 abonné.e.s sur Twitter) de me rejoindre. Sa facilité à écrire des phrases drôles et courtes m’a tout de suite plu. Et Anna Conda a accepté avec plaisir. Olivier Rouge m’a accompagné dès le début, pour la stratégie éditoriale notamment.

M. R. : Comment s’est effectuée votre rencontre, et à quel moment l’idée de concevoir ce livre a commencé à germer ? Quelles ont été vos aspirations, en décidant de réunir vos bons mots, « pensées et autres bêtises » ?

ANNA CONDA : Sur Twitter tout simplement, on se suivait avec Philippe, je ne connaissais pas encore Cécile, Olivier et Leen.

OLIVIER ROUGE : Comme Philippe et moi sommes copywriters et collaborons parfois sur certains projets, j’ai tout de suite été emballé par l’idée de constituer un collectif d’auteur.e.s, avec Cécile Bertrand pour les illustrations. Il m’a présenté Anna Conda sur Twitter. Je suis tout de suite « tombé sur le cul », comme on dit, face à un talent pareil et ses 27.000 followers. Un collectif mêlant hommes-femmes et avec Leen Minne au graphisme, que rêver de plus pour produire du haut, voire du très haut niveau ? Nous avions tous la même ambition. Cela représente énormément de travail, mais génère aussi beaucoup de plaisir. Le mot clé est : « émulation ».

PHILIPPE SCHOEPEN : Je connaissais Anna Conda « virtuellement ». Olivier Rouge, je l’ai connu en 2015 à l’occasion d’une formation sur le webwriting. Quant à Cécile, je la côtoie depuis un peu plus longtemps, via Facebook. Leen Minne est une de mes collègues, infographiste. J’ai voulu créer autre chose qu’une simple liste de bons mots. Il fallait un concept, concilier astucieusement mots et images, trouver une idée neuve. Comme l’a écrit Olivier dans notre communiqué de presse : « Chaque citation est une création propre, bien au-delà du simple jeu de mots. » Et les premiers échos des lecteurs sont très positifs !

M. R. : De quelle façon travaillez-vous pour concevoir ces aphorismes ? Comment naissent-ils et surtout comment vous y prenez-vous pour aboutir à cet effet si réussi ? Avez-vous justement un « carnet à spirale » toujours à portée de main ?

ANNA CONDA : C’est spontané me concernant, ça vient tout seul, je tweete comme je pense, ça me traverse l’esprit et j’ai besoin de l’écrire. Je n’imaginais pas que cela plairait autant et que j’aurais autant de retours.

OLIVIER ROUGE : Par mes études et mon métier de copywriter, je suis rodé à écrire tous azimuts. J’exerce également l’activité de stratège en contenu et de coach éditorial. Mais Anna Conda et Philippe Schoepen avaient des milliers d’aphorismes d’avance sur moi, plus top les uns que les autres ! Ce n’est pas grave. J’essaie de résorber mon « retard » (lol). Les idées naissent instinctivement ou selon certaines méthodes. Comme des cuisiniers, nous gardons nos « recettes » pour nous. Sachez que nous n’avons jamais la page blanche ! Pour le côté « inédit », il faut effectuer un travail conséquent pour vérifier que ce que nous pondons n’a pas déjà été produit. Ensuite viennent les « tests » et la « sélection » des traits d’esprit les plus pertinents. Bref : pas le temps de s’ennuyer ! Et au fait oui (sourire) : il y a de petits carnets à spirales partout chez moi…

PHILIPPE SCHOEPEN : L’écrit court est pour moi un exercice extraordinaire, mais aussi une école d’humilité. Être original en quelques mots n’est pas évident. Nous avons fait un travail intense de présélection. Lors de la relecture des épreuves, nous avons continué à supprimer, corriger, améliorer.

M. R. : Les réseaux sociaux, chambre d’écho de vos écrits, sont souvent accusés de répandre la haine. Votre livre – issu de parutions préalables sur lesdits réseaux – semble prouver qu’un autre mode de communication est possible entre internautes. Quel est votre avis là-dessus ?

ANNA CONDA : J’adore Twitter pour cela, on y trouve de tout ! Voilà 7 ans que je tweete, et j’ai eu la chance de pouvoir croiser sur ce réseau des personnes extraordinaires – davantage que des haineuses, c’est pourquoi j’y reste, en m’efforçant d’y organiser aussi pas mal d’entraide. Bien sûr l’indignation me paraît souvent nécessaire, et si j’ai un avis je n’hésite pas à le partager, mais sans haine. Je préfère l’ironie ou la moquerie, plus subtiles que les insultes. J’aime aussi demander leurs avis aux tweetos sur plein de sujets, c’est toujours passionnant et intéressant.

PHILIPPE SCHOEPEN : Je me protège dorénavant de tout conflit sur les réseaux sociaux. Je suis des comptes sur l’écriture et la communication, principalement. Fini l’indignation permanente et la guerre aux trolls. Maintenant, j’ai trop peu de trolls, mais j’ai des idées.

OLIVIER ROUGE : Je suis d’accord avec Philippe. Perso, ma vision est que je ne me laisse pas atteindre par les gens « polluants » ou jaloux. Je préfère aller de l’avant et le prouver par la qualité d’un livre tel que Le Carnet inspirales. C’est pour cela que réaliser ce type d’ouvrage en collectif d’auteurs soudés par les mêmes valeurs est essentiel.

Le Carnet inspirales, par Anna Conda, Olivier Rouge, Philippe Schoepen. Dessins : Cécile Bertrand. Mise en page : Leen Minne.
Imprimé par Le livre en papier, ISBN 978-2-8083-0338-5 16,00 € Tvac (hors frais de livraison) / commande en ligne : https://urlz.fr/8slT
Format : A5, 172 pages / Facebook : https://urlz.fr/8w77 
Contact : lecarnetinspirales@gmail.com / Philippe Schoepen / 0032 494 46 87 10

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *