de martine roffinella

Jean Klein le magnifique

Jean Klein le magnifique

©MartineRoffinella

C’est peu après avoir été diagnostiquée alcoolique en 2013 – et décidé d’en finir avec cette addiction – que j’ai découvert Jean Klein. Ses livres sont autant de sources d’incitation à l’éveil, d’aspiration au silence intérieur et de joies spirituelles inédites.

Quand j’ai cessé de boire et de fumer en avril 2013, après avoir entendu un médecin déclarer que j’étais « alcoolique » et qu’il fallait agir fissa, sous peine d’avoir à commander très vite mon cercueil, la question posée fut celle du désir.

Je n’imaginais pas, toute mon existence durant, « m’empêcher » d’ouvrir une « bonne » bouteille et de griller une « bonne » petite cibiche à loisir.

Lutter sans cesse contre mon désir de m’adonner à ce que je considérais à l’époque comme des « plaisirs » me paraissait tout simplement grotesque.

Je buvais trois litres de vin par jour et fumais deux à trois paquets de cigarettes quotidiennement.

Photo : ©MartineRoffinella.

Refusant de me contraindre à quoi que ce soit, et voulant à tout prix préserver ma « liberté » de jouir, j’en vins à la conclusion que tout mon état d’esprit était à revoir, et qu’il me fallait en quelque sorte créer un circuit de dérivation mental[1].

Une fois cette étape franchie, un grand vide apparut (euphémisme), et c’est à ce moment que ma rencontre inattendue avec Jésus eut lieu[2].

Puis arriva celle de Jean Klein, elle aussi stupéfiante, et qui vint enrichir une démarche communément nommée « quête spirituelle ».

Photo : ©MartineRoffinella.

Qui est Jean Klein ?

Voici ce qu’en disent ses éditeurs.

« Musicologue et médecin, Jean Klein (1912-1998) part étudier le yoga en Inde à mi-vie, trois années durant. Il adaptera cet enseignement à l’Occident et deviendra un professeur de cette “gymnosophie” (gymnastique de sagesse) internationalement reconnu. » (Éditions du Relié)

« Initié en Inde dans les années 50 au yoga par Krishnamacharia et à l’advaita vedânta par un grand maître de cette tradition non dualiste, Atmananda Krishna Menon, Jean Klein a été un des enseignants spirituels les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle et son influence à la fois en Europe et aux États-Unis reste considérable. » (Éditions Almora)

Quelques grandes lignes de sa pensée

« Nous ne sommes que Conscience, qu’inaltérable Éveil. Nous sommes le Témoin de l’incessant mouvement des choses de ce monde, Témoin qui est soustrait au devenir, qui est étranger à l’Espace et au Temps, et qui ne connaît ni naissance ni mort », nous explique la 4e de couverture de La joie sans objet (éd. Almora).

« Il ne s’agit là nullement d’une croyance ou d’une foi mais d’une expérience, d’un vécu qui dépasse toute spéculation intellectuelle et qui nous reconduit à la liberté inconditionnée et à la joie pure de l’être. »

Et surtout : « La quête de l’essence impérissable qui nous constitue est bien plus qu’une moisson de connaissances, c’est un voyage vers la Beauté immuable d’une vérité sans nom. » (4e de couverture de Être, éd. Almora.)

Voici un extrait de chacun des quatre livres de Jean Klein que j’ai lus.

À propos de la Plénitude, de la Joie, de l’Amour

À propos de Se connaître soi-même

À propos d’Être

À propos de Transmettre

Pour conclure et donner à celles et ceux qui ne le connaissent pas encore l’envie de lire Jean Klein, une phrase concernant la peur – qui, par les temps que nous traversons, me semble vraiment pertinente :

« Soyez conscient que la peur n’est pas effrayante. Le mot “peur” est puissant. Dès que vous le prononcez, il provoque un changement neurologique. Donc, abandonnez le concept de peur et vous vous trouverez face à la perception, face à la sensation. » (4e de couverture de Qui suis-je ? éd. Le Relié Poche)

Références des quatre ouvrages de Jean Klein cités : 

  • La joie sans objet – L’ultime réalité ; Sois ce que tu es – Suivi d’entretiens inédits, éd. Almora, 14,10 euros.
  • Qui suis-je ? – La quête sacrée, éd. Le Relié Poche, coll. « Sagesses », 10 euros.
  • Être – Approches de la non-dualité, éd. Almora, 12 euros.
  • Transmettre la lumière, éd. Le Relié Poche, coll. « Spiritualités », 12 euros.

 

Mes deux essais de spiritualité :



[1] Voir mon essai Se trouver en quittant tabac, alcool et autres peurs de vivre, aux éd. Le Mercure Dauphinois.

[2] Voir mon essai J.-C. et moi – Se créer d’amour, aux éd. François Bourin.

 

Partager :

Commentaire(s)

  1. Merci pour ces lectures inspirantes chère Martine. Le sensible apparaît comme base de la pensée philosophique de Jean Klein. Il est là partout mais il échappe. On s’y cogne ou on s’y déploie. On ne peut le définir clairement, le borner ou le limiter. C’est une rencontre entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’être et son environnement. J’ai déjà expérimenté ce “sentiment océanique” qui permet à la fois de se sentir tel un grain de poussière dans une mer de sable et d’éloigner la peur. Paradoxalement c’est au point le plus haut de l’esprit que l’on peut faire corps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *