Juste paru !

Pour une absente

Deux poèmes constituent ce recueil. Le premier, Elle prend la voix, est un hommage à la chanteuse Barbara :

Vous n’étiez pas au rendez-vous
Mais elle attend
Ici même

 

Le second, Les lieux d’attente, désaccorde l’absence au féminin, comme une longue errance :

Te chercher
Mais où

Je m’avance
Noire
Dépouillée de toi

Réunis en diptyque, c’est une quête fiévreuse, affolée, de l’Autre, en allée ou quittée, qu’on lira ici avec ce sentiment d’urgence des désemparés d’amour.

Éditions Rhubarbe
2020

 

Romans et récits

Conservez comme vous aimez

Sibylle guette le carillonnement des cloches pour rythmer les moments où elle doit prendre ses cachets blancs. Il n’y a pas si longtemps, elle était encore – ainsi sacrée par son boss Sa Sainteté P.Y. – la “Reine de la pub”. N’a-t-elle pas reçu un grand prix pour son slogan : “Conservez comme vous aimez”, destiné à promouvoir des boîtes en plastique ?…

Un temps portée aux nues par toute l’agence, elle est un jour supplantée par la jeune et Belle Capucine, alias “Princesse Commerciale”, aux dents longues et affûtées.
Placardisée puis licenciée, Sibylle vacille, devenant la proie des TOCS. But the show must go on. Éjectée du système, entre irrépressible besoin de vengeance et négation de soi, elle est aspirée par la violence exercée contre elle et commet l’irréparable.


Éditions François Bourin
2020

Les hommes grillagés

“Derrière la porte grise, j’hésite à appuyer sur la sonnette. À cet endroit de la rue, le silence s’épaissit. J’ai ma sacoche d’écrivain. Mon dictionnaire. Mes feuilles blan­ches. Un Bes­che­relle pour la grammaire. Et si je repartais ? Coup d’œil sur les immeubles d’en face. Du linge fripé flotte sur un tancarville titubant. Volets qui rouillent. Jouets fanés, jetés là comme des squelettes. Ça sent déjà la misère et le chômage longue durée.

Les caméras m’examinent, je le sais. Cet œil de verre me confronte à un malaise détestable. Un mot surgit : coupable. L’idée me cloue au bitume. M’empêche de fuir. Des clefs tintent. Lucarne. Visage en carré derrière le grillage. Deux tours à l’envers. Barre transversale. “Bonjour.” L’homme est prévenu de mon arrivée. Je décline mon identité. “Ah oui, l’instituteur vous attend.” J’observe la cour, les gravillons, les murs. Un peu d’herbe s’évertue à verdir, par taches arrondies. Ça sent drôle. Quelque chose de mal lavé. Ou de vaguement faisandé. Encore une clef et voilà. J’entre en prison.”

Éditions H&O
2019

Merveille au Mans

Merveille tue. Merveille dépèce. Merveille met en scène ses crimes en semant des indices.

Merveille s’élève au-dessus du commun des mortels qu’elle sacrifie. Le Mans est le théâtre de ses œuvres où rillettes et littérature s’entremêlent, assaisonnées de pincées d’humour froid.

Monsieur Viande – ancien boucher des abattoirs – assiste l’inspecteur Lampe dans son enquête. Doté d’un sens olfactif particulier, il lui suffit de humer la chair et le sang des victimes pour retracer la genèse du crime.

Monsieur Viande aura-t-il assez de nez pour trouver l’auteur de ces meurtres effroyables ?

Éditions Les Lettres Mouchetées
2019

Lesbian Cougar Story

Lolita vient de perdre beaucoup de poids et redécouvre son corps comme objet de sensualité. Elle croise la route de Martine, de 27 ans son aînée, qui mène une vie de solitude et d’écriture. Aimantée par cette personnalité hors normes, la jeune femme tombe sous le charme de Martine ; entre elles naît bientôt une relation passionnelle.

Elles iront aussi loin dans l’abandon que dans l’exploration de désirs neufs. Mais si leurs corps s’attirent, leurs aspirations amoureuses divergent : l’une résume leur passion à du sexe, quand l’autre voudrait la transformer en histoire.

De cette joute amoureuse, qui de Lolita ou de Martine sortira gagnante – et qui cherche quoi, au juste ? La jeunesse l’emporte-t-elle toujours à ce jeu-là ? Pas si sûr…

Éditions La Musardine
2019

Kilogramme Zéro

« Au début elle ne se pesait pas cinq fois par jour. Sa balance n’était qu’une amante occasionnelle. Ce n’était pas encore son idole. Elle se contentait donc de relever les différences de poids entre le matin et le soir. D’abord il n’y eut pas de frayeur. Elle constatait. Cent grammes de pris ou de perdus. Une broutille de différence entre deux pesées quotidiennes. Puis quand les cent grammes venaient en plus cela commença à la contrarier. Zut j’ai grossi disait-elle. Ensuite il fallut trouver une explication à cette prise de poids dans la même journée. Repérer l’aliment responsable de cela. Ainsi commença le début de la hantise que lui inspirèrent bientôt ces pesées qui du même coup et obligatoirement se multiplièrent. »

Dans un monde où l’apparence prime et impose sa dictature de normes physiques codifiées, Kilogramme Zéro trace l’histoire presque indicible d’une femme aux prises avec son corps. Très vite elle s’aperçoit qu’au-delà de ses formes, c’est son existence propre qui est en jeu, mise en balance – dans tous les sens du terme. Kilogramme Zéro suit cette solitude qui peu à peu s’efflanque, dans une quête du soi ultime et dépouillé, en vue de son exact « point de floraison ».

5 Sens Éditions
2018

Camisole-moi

Très bien, ta cathédrale bougera, vacillera, sombrera puis montrera sa flèche, selon les humeurs du sol instable. Moi, je restaurerai sans cesse tes fondations, j’entretiendrai irrémédiablement ton culte. Immergée et visible, tu seras un lieu d’adoration.

Auteur Tardif de Quarante-Huit Ans [AT48] connaît une folle passion pour Femme Éditrice de Cinquante-Huit Ans [FE58], la directrice de la maison d’édition qui la publie. Entre ces deux femmes qui se séduisent, se défient, se brûlent, la liaison qui se noue est cruelle, tactique. Dans ce roman à deux voix, la soumission de l’une se heurte à l’indifférence sournoise de l’autre, au cours d’une relation d’autant plus exaltée qu’elle est platonique. Mais l’abandon de soi n’est jamais très éloigné de la rébellion…

Éditions François Bourin
2018

L’Impersonne

“Quand on buvait on était plein d’amour On en avait à foison ça débordait des veines ça giclait de partout ça faisait des fontaines de je t’aime qu’on aurait pu dire à un mur Tout dépendait du dosage du degré d’imprégnation Si on voulait être bien amoureux considéré comme tel crédible en somme fallait savoir s’arrêter à temps avant la débandade le tangage oui. Au début on savait après non. ”

Une femme de cinquante ans se penche sur son passé, sa vie amoureuse, son alcoolisme, ses échecs professionnels. Elle nous raconte ses luttes, ses espoirs pour sortir de la misère et de la solitude, pour ne pas devenir une “impersonne”, c’est-à-dire “non pas un fantôme mais un organisme inhabité du point de vue du cœur”.

Sans concession, sans apitoiement sur soi-même, ce récit nous dresse le portrait d’une femme dépossédée d’elle-même par l’alcool, qui ne peut même plus dire « je ». Aux prises avec ses propres démons, elle nous renvoie impitoyablement à ceux qui nous habitent nous-mêmes.

Éditions François Bourin
2017

Rien entre nous

La narratrice, « écrivain de seconde zone », entame une correspondance avec une critique littéraire de renom à l’aura déclinante, mais toujours en quête d’une petite cour appliquée à faire miroiter son ego. Une relation classique dominée-dominante, mais qui s’exacerbe lorsque notre romancière ose se prétendre amoureuse de son égérie et harcèle de ses avances cette femme d’un autre monde qui lui ferme résolument les portes de son milieu et lui interdit l’accès à son intimité : « Considérez que je n’existe plus, achetez un pistolet, des comprimés pour dormir, une corde, que sais-je, et suicidez-vous. Mettez fin à vos jours – cessez enfin de nuire. »

C’est tout le contraire qui va se produire. Le moteur passionnel s’emballe et avec lui celui de l’écriture, tout d’un coup régénéré, et qui trouve là son plus précieux carburant : désirs extrêmes et émotions intenses.

Éditions Sulliver
2017

État d’un lieu désert

Expérience in vivo : une immersion sans protection dans le champ clos d’un site de rencontres, terrain de chasse privilégié des grands prédateurs et siège de la plus grande solitude.

Candeur ou vanité, la quête de « l’Âme sœur » n’est peut-être qu’un prétexte pour exposer aux regards de « La Foule » son meilleur « Profil ».

Mais dans cette moderne jungle d’images et de paroles, le cœur tendre offert en pâture aux convoitises trouvera toujours le carnassier le mieux à même de le dépecer. Saura-t-on s’extraire de l’emprise et recoller les morceaux ?

Éditions Sulliver
2016

Love

Un jour elle m’écrivit : « Love. »
C’était la fin d’un petit message entre deux amies qui s’apprécient et se respectent. Sorte de conclusion après quelques phrases disant que tout allait bien, qu’il faisait beau, que rien ne venait troubler les premiers jours de ces vacances de printemps.

De ce mot glissé comme on réveille une braise va naître une passion furieuse, à sens unique peut-être, entre une photographe méconnue et une icône du milieu tombée en disgrâce. L’une a connu la gloire et vécu comme une reine. L’autre n’a que son énergie pour croire à la beauté des choses. L’une est amoureuse, assurément, mais de quel reflet ? L’autre manipule comme l’on règle un objectif. Dans ce monde de l’image traversé par les mots va grandir dans le néant une histoire bien réelle faite d’espoir, de douleur et de rage : une obsession, ou si l’amour est aveugle, il n’en est pas moins le lot commun de tous.

Éditions Phébus
2013

Unes

Nina, la “dominante”, ne veut pas seulement séduire Doris – qui ignore encore qu’elle sera tout à l’heure la “dominée”. De leur rencontre érotique, rien ne sera dissimulé : aucun geste, aucune parole, aucun fantasme – car les fantasmes, ces trésors par excellence cachés, inavoués, ne demandent à l’heure de l’amour qu’à être mis dans la lumière la plus crue, à se dire et à se montrer.
Partage de l’inavouable.

Éditions Phébus
2005

Les Indécises

« Je voudrais être un homme. Pour avoir une chance, une unique chance d’être aimée de vous.
Je voudrais être un homme. Aujourd’hui, demain, toujours en vos draps. Et entrer en vous avec mon membre dur. Me retirer, m’enfoncer encore, vous posséder, vous convaincre, vous laminer. Empoigner vos cheveux, broyer votre corps. Passer, repasser, épuiser vos régions jusqu’à vous rendre incandescente.
Je voudrais être un homme et vous attacher pour l’éternité à mon ombre.
Alors c’est vous qui seriez réduite à mendier, à supplier : toute au désir d’être à moi. »

Éditions Phébus
2002

Le Fouet

À sept ans, la narratrice est fessée publiquement par une institutrice perverse. Adolescente, elle est attouchée par un ami de la famille, puis offerte en pâture à un jeune homme.

Refusant de vivre la sexualité comme une humiliation, elle achète un fouet. Impatiente d’assouvir sa vengeance érotique, elle écume les quartiers chics et interlopes.

Éditions Phébus
2000




Puis coll. “Points Seuil” , n° P2077
2009

Mise à nu

Deux femmes s’aiment et partagent tout de l’amour, ou voudraient tout partager.
L’une décide de partir, raptée par ce qu’elle imagine être un bonheur plus simple, banalement planté dans l’épaisse réalité des choses. On lui offrait jusqu’ici de symboliser en silence, dans le huis clos de la passion, l’Amour majuscule. On lui tend à présent ce cadeau imprévu : l’autorisation de sortir de soi.
Il arrive qu’un leurre en cache un autre…
L’abandonnée n’a de réponse à cela que celle des âmes excessives : autant mourir. Elle mourra donc, à sa façon : en se dépouillant des oripeaux d’un désir prisonnier des miroirs, un désir qui la détournait elle aussi d’être ; en se lançant avec rage à la poursuite des mots qui diront cette mort – ou cette naissance, comme on voudra.

Éditions Phébus
1999

Phébus “Libretto”
1999

Elle

Trois ans de la vie d’une adolescente.
À l’âge où naissent les désirs, sa passion pour une femme : son professeur de français.
Trois ans pendant lesquels elle va l’observer, employer son énergie à lui cacher son ardeur amoureuse, l’attendre. Un temps bien long, quand les sens sont en émoi, le plaisir sans cesse différé.
Lorsque l’enfant devenu femme se livrera, la violence des sentiments exprimés sera à la mesure de la retenue qui aura précédé l’aveu.

Éditions Phébus
1988

Nouvelles et histoires

Sang Fille

“D’une façon générale il aimait bien gâcher les 24 décembre. Il induisait son monde en erreur promettant bombance et ripailles. Alors la fille se mettait en tête de choisir un cadeau pour lui. Un disque et/ou une écharpe et/ou une boussole pour la chasse au lièvre (ne pas se perdre dans la garrigue à défaut de maquis). C’est une erreur qu’elle commettait chaque année : persuadée qu’il se reprendrait/renoncerait à ses égoïsmes pour la regarder et partager le bonheur d’être là. Il créait l’illusion jusqu’au déjeuner puis se débrouillait pour jeter un saladier contre un mur ou s’enfermer malade terrassé par la grippe. Aux alentours de minuit il agonisait-transpirait à grande eau jurant qu’il allait mourir.”

Éditions Rhubarbe
2017

Recherches de fuite

Sept histoires montmartroises obsessionnelles et caustiques. Sept variations autour de la folie ordinaire qui s’immisce dans les êtres comme une fuite d’eau dans la matière, tel un filet d’abord, puis dans le fracas des chutes : formidable spectacle !
Les Demoiselles Geunettes habitent votre rue, Sibylle Hahn est votre voisine de palier, vous travaillez tous les jours avec Martine Laissac. Vous avez croisé le regard d’Anatole Gardefort. Juste Simandre vous rappelle un vieil oncle, Georgina Bonnieux pourrait bien être votre sœur, et Emma Saint-Galmier votre pire cauchemar…

Éditions Jean Paul Bayol
2009

Inconvenances

Combien de fois n’avons-nous pas ragé face à l’heureuse tranquillité de la bêtise officielle, aux feintes indignations d’une moralité qui suit le cours des modes, au sentimentalisme béat dont l’époque si bien se repaît ?
Une rage que trop souvent nous gardons pour nous, faute d’interlocuteurs avec qui la partager de confiance.
Et voici qu’une main secourable ose ici souffleter à notre place toutes ces joues, toutes ces fesses respectables, en s’en prenant avec une prédilection gourmande aux valeurs que notre drôle de société tient pour les plus sacrées.
Les nouvelles ici rassemblées (au nombre de dix) tirent le portrait d’un monde – le nôtre – qu’on aurait bien envie de gifler.

Éditions Phébus
2004

Essais

J.-C. et Moi – Se créer d’amour

Quel est cet Amour dont parle si souvent Jésus et qui nous est pourtant si mystérieux – que l’on soit, ou non, croyant ?
Qu’a-t-il de si singulier que n’ont pas nos amours terrestres ?
D’ailleurs, est-il même possible ?
Et quelles en sont les conséquences ?
Une lecture très personnelle de la Bible qui prend la forme d’une réflexion bouleversante dont on ne ressort pas indemne – quel que soit notre rapport à la foi.

Éditions François Bourin
2018

Se trouver en quittant tabac, alcool et autres peurs de vivre

Comment, un jour et définitivement, s’arrêter de fumer du tabac et de boire de l’alcool ?…

Plutôt que d’adopter une attitude répressive vis-à-vis de nous-mêmes, qui nous vient spontanément (héritée de notre culture commune) quand nous voulons rompre avec nos addictions, il existe un autre choix : celui de la non-violence, de l’acceptation de soi, de la réconciliation à l’intérieur et à l’extérieur avec les autres et le monde.

Un parcours de libération qui permet de déjouer les pièges tendus par de redoutables adversaires, car on ne se débarrasse pas aussi facilement d’habitudes parfois vieilles de dizaines d’années.

Éditions Le Mercure Dauphinois
2014

Bibliographie complète et par genres :

LISTE